La réalité virtuelle, qu’est-ce que c’est ?

Réalité virtuelle et réalité augmentée : la frontière entre ces deux technologies est vague. Pourtant, si elles partagent des traits communs, elles véhiculent deux visions assez différentes et des usages spécifiques. Alors la réalité virtuelle qu'est-ce que c'est ? Réponse avec notre expert Lionel Duclay, consultant au sein de la Fab AR/VR.

Publié le 7 décembre 2021 par Com itnovem

La réalité virtuelle, qu’est-ce que c’est ?

La réalité virtuelle qu’est-ce que c’est ? 

La réalité virtuelle est un medium dont l’une des principales caractéristiques est sa capacité d’immersion. En effet, lorsqu’on vit une expérience en VR, on est coupé de son environnement physique. On est de fait immergé dans un monde virtuel le plus souvent visuel, qu’il soit construit à partir de modèles 3D ou de photos/vidéos à 360°, auquel on peut ajouter la dimension auditive, voire tactile. 

Quand et comment fait-elle son apparition ? 

Certains considèrent que les simulateurs de conduite sont les premières expériences de réalité virtuelle au sein du groupe SNCF ! Le premier casque de réalité virtuelle date en fait des années 70, mais sa mise en application à grande échelle ne date que des 10 dernières années. L’évolution technologique du matériel a été exponentielle ces dernières années : on est passé de casques très limités (Google Cardboard ou Samsung Gear) ou très coûteux (HTC Vive et vive Pro) à des casques accessibles, nomades et capables de répondre à la majorité des besoins ! Cette amélioration du matériel a conduit à une explosion de l’adoption chez les particuliers pour un usage ludique, mais aussi de façon plus récente du côté des entreprises pour des usages professionnels 

Pourquoi l’utilise-t-on et comment ?

La réalité virtuelle dispose de certaines caractéristiques qui en font une modalité de formation intéressante : grâce à l’immersivité qu’elle procure, on augmente considérablement l’ancrage mémoriel (de 30% des informations retenues dans un cours traditionnel – si l’on est attentif – à 80% en réalité virtuelle). En réalité virtuelle on est acteur d’une expérience, on réalise des actions ou des gestes métiers, ce qui permet de mettre en place des mécanismes de mémorisation puissants. Un exemple : apprendre à atteler des voitures de train. 

Elle permet aussi d’avoir une maîtrise complète de l’environnement de formation, ce qui permet de mettre l’apprenant dans des conditions difficiles à reproduire lors d’une formation, que ce soit en termes de stress, de danger, etc. Par exemple, les ASCT de l’ESV Aura s’entraînent à maîtriser des départs de feu et mettre en place les procédures en cas de code défaut dans les TGV en réalité virtuelle ! Un autre atout non négligeable est que l’environnement de formation est toujours disponible : quand les ASCT devaient se rendre dans une rame de TGV pour s’entraîner, l’immobilisation de la rame coûtait cher et en plus elle n’était pas toujours au rendez-vous en cas de besoin de remplacement d’une rame en maintenance… 

Enfin, elle permet d’incarner un personnage dans un environnement réaliste et d’éprouver des émotions proches de la réalité, ce qui est très intéressant dans la formation aux relations interpersonnelles (softskills) entre collaborateurs ou face à un client, comme l’application d’Accueil en Espace de Services (AES), utilisée pour former les agents des espaces de services, et qui utilise la reconnaissance vocale pour s’approcher de la fluidité d’une vraie conversation. 

Et chez ITNOVEM ? 

Chez ITNOVEM, nous avons utilisé la réalité virtuelle pour une sensibilisation à la cybersécurité du quotidien (ne pas laisser sa session ouverte, ses mots de passe trainer, etc.) grâce à une application qui vous met dans la peau d’un cambrioleur qui a trois minutes chrono pour récolter le maximum d’informations sensibles qu’un salarié peu rigoureux a laissé traîner tout autour de soi… 

Mais la réalité virtuelle, c’est beaucoup d’autres usages, notamment la collaboration immersive. Elle permet à plusieurs personnes de se retrouver simultanément dans un monde virtuel afin de collaborer, qu’ils soient dans la même pièce ou dans des lieux différents, en créant un sentiment de présence. Les participants peuvent alors interagir et travailler de façons différentes, que ce soit en interagissant avec de modèles 3D, en se retrouvant dans des univers inspirants ou de façon asynchrone dans des salles persistantes… ou tout ça à la fois ! 

On peut aussi penser à des usages de recrutement par immersion afin d’attirer ou de valider des profils sur des métiers peu connus ou techniques, et bien d’autres choses encore comme de la conception immersive qui permet de se retrouver à l’intérieur d’un train ou d’une gare qui n’ont pas encore été construits et d’évoluer librement à l’intérieur afin de valider la pertinence de leur design. 

Quel est l’objet phare quand on parle de RV aujourd’hui ? 

C’est bien évidemment le casque de réalité virtuelle, et notamment celui qui écrase le marché actuellement : le Quest 2 d’Oculus (Facebook) et son rapport qualité/prix assez incroyable. D’autres casques plus confidentiels commencent à intégrer des capteurs permettant de suivre le regard, les expressions, le rythme cardiaque, la dilatation des pupilles, etc. 

Une nette tendance se dessine enfin à l’ajout de compléments venant augmenter l’immersion, notamment par des accessoires haptiques, qui permettent de simuler des sensations tactiles (gants, vestes), mais on commence aussi à voir apparaître d’autres accessoires pour reproduire le fait de marcher ou de sentir des odeurs. 

Et toi quel est ton rôle ? 

Je travaille au sein de la Fab AR/VR, le centre d’expertise des technologies immersives du Groupe SNCF. Nous accompagnons les différentes entités du Groupe dans leur adoption de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, de la découverte au déploiement, en passant par l’idéation, la recherche de solution, l’accompagnement de projets de développement… En me basant notamment sur mes expériences passées sur différents projets (notamment au sein de l’IoT Factory), j’interviens plus particulièrement sur les aspects idéation, recherche de solutions sur étagère et accompagnement de projets de développement d’applications spécifiques. 

Tags associés à cet article :

Dossier d'expert ITNOVEM SNCF